Funambule

Avec l’ouverture du Ring à Trévoux nous sommes amenés à nous présenter, ce qui s’avère être un exercice plus compliqué qu’il n’y parait. C’est quoi Le Ring ? C’est une démarche politique, une coopérative au sens alternative  anticapitaliste, un espace de lutte, un magasin de produits bio, une épicerie de produits de première nécessité, un lieu d’expérimentation, première étape vers une coopérative intégrée, un tiers lieu, une volonté de réappropriation de nos villes indispensable à la résilience de nos territoires. Ceux qui poussent la porte pour la première fois ont-ils envie d’entendre tout ça pour peu que nous ayons le temps de l’expliquer ? Dans leur grande majorité ceux qui viennent au  Ring cherchent des produits bio voir simplement locaux, point. Mais Le Ring est né d’un constat, d’une impérieuse nécessité à agir sur nos territoires pour nous donner une chance et à nos enfants de survivre malgré le réchauffement climatiques et les nombreuses autres crises que le système capitaliste enfante. Il y a urgence, pour reprendre le propos de Greta Thunberg et de tant d’autres. Nous devons agir vite! Nous avons choisi l’alimentation car c’est le seul point où nous pouvons encore agir, personne ne nous forçant à ingurgiter les produits issus d’une agro-industrie mondialisée  achetés en grande distribution, si ce n’est notre résignation, notre acculturation ou notre conditionnement. Mais manger bio pour préserver sa santé  n’a aucun sens si nous n’agissons pas aussi entre autres sur notre air et notre eau  pollués (c’est particulièrement vrai en bord de Saône et d’autoroute) si notre travail génère stress, burn-out et mort prématurée. Si nous continuons la prédation de la planète en nous goinfrant de toutes les ressources naturelles au détriment de ceux à qui nous les volons et de notre futur. Si nous laissons filer le réchauffement climatique synonyme de sécheresse, de famine, de fermes climatisées hors sol pour une minorité et de « nourriture de guerre » pour la  majorité. Nous devons dans les dix ans qui viennent changer notre mode de vie occidental en faisant le pari que le local essaimera. Ça va bien plus loin que de manger bio et local, mais c’est un bon début. Alors nous avançons sur un fil, en recherche de compromis mais en ayant fixé des limites qu’il nous appartiendra d’expliquer à ceux qui entrent, libre à eux de nous rejoindre et de nous aider dans cette aventure !